Interview d’Aurore Malherbes et Pauline Bourjot sur DevOps, speakeuses à Mix-IT

Coup de coeur, Les portraits, Speakeuses

Mix-IT a eu lieu les 20 et 21 avril 2017 à Lyon. A cette occasion, Aurore Malherbes et Pauline Bourjot sont venues parler de leur expérience avec la méthologie DevOps, un an après. Les Duchess en ont profité pour les interviewer !

 

Duchess : Bonjour Pauline, bonjour Aurore ! Pouvez vous vous présenter ? Quels sont vos parcours ?

Pauline : Diplômée de Télécom Sud Paris, j’ai rejoint D2SI il y an un et demi. J’ai à la base une formation réseau mais je me suis réorientée vers des projets cloud et automatisation car je pense que c’est l’avenir.

Aurore : Diplômée il y a un an de l’école centrale paris, j’ai rejoint Theodo il y a un an. Je me suis orientée sur le tard vers le développement web, mais j’ai tout de suite accroché : je peux développer une feature le matin, et la voir en production l’après-midi !

 

Duchess : Comment vous êtes vous trouvées à travailler ensemble ? Vous connaissiez_vous avant d’entamer le projet dont vous parlez à Mix IT ?

Pauline & Aurore : Le hasard ! Nos deux entreprises travaillent sur le même projet et nous nous sommes retrouvées en même temps dans l’équipe. On ne se connaissait pas du tout, bien qu’on ait fait la même prépa sans le savoir ! Peut-être qu’être deux filles parmi quinze développeurs nous a rapprochées…

devops

Duchess : Comment vous est venue l’idée de ce talk ? Pourquoi avoir choisi de le présenter à mix it ? Pouvez-vous nous en dire plus sur ce que vous allez présenter  ?

Aurore : Ce projet était pour chacune notre premier projet DevOps. Au bout de six mois j’ai changé de client et je me suis alors rendue compte que ce fonctionnement n’était pas du tout universel. Les Devs et les Ops travaillent de manière isolée. Ils ne se comprennent pas facilement et ont tendance à se rejeter mutuellement la faute au premier problème venu. J’ai alors proposé à Pauline de monter cette conférence pour faire profiter de notre retour d’expérience. Et puis, c’était aussi un challenge personnel : parler de technique devant une centaine de personnes pendant 45 minutes, on ne le fait pas tous les jours !

C’est Jonathan, un collègue de Theodo qui nous a parlé de Mix-It. On a tout de suite été emballées par l’ambiance et c’est l’occasion de découvrir l’écosystème entrepreneurial de Lyon.

Pauline : Au début de la présentation, nous donnons un peu de contexte, organisationnel et technique. Ensuite nous passons au cœur de la présentation : 4 problèmes que nous avons rencontrés, du bug en production aux tensions générées par un simple changement de paramètres. Pour chacune de ces situations, nous expliquons quelle a été notre réaction immédiate et quels apprentissages nous avons tiré de cela. Enfin nous donnons 7 conseils aux auditeurs pour construire une équipe Devops.
Mais attention, il n’y a pas de recette miracle, c’est la volonté de s’améliorer au quotidien qui permet d’arriver à des résultats.

 

Duchess : Pouvez vous nous décrire votre entreprise et votre projet ?

Aurore : Je travaille chez Theodo, jeune startup parisienne qui est à la croisée de la SS2I et du conseil en stratégie. Les développeurs aident des clients à résoudre leur problème business grâce à des applications web qu’ils pensent ensemble.

Pauline : Je travaille chez D2SI, SS2I fondée il y a 10 ans et qui entend bien de venir l’un des leaders de l’automatisation et du cloud en France grâce à leur expertise AWS.

Pauline & Aurore : Theodo et D2SI sont deux prestataires qui travaillent ensemble sur le projet dont nous allons parler au Mixit. Nous développons une plateforme de e-commerce pour un leader industriel français que nous lançons successivement dans 25 pays. Par la même occasion nous aidons la DSI à devenir agile et à réduire le lead time entre la génération de l’idée et la mise en production de la fonctionnalité.

 

Duchess : Selon vous, l’approche DevOps est elle adaptable et souhaitable pour tous les projets, les équipes et les technologies ?

Pauline & Aurore : Pour un projet “from scratch” oui !Dans l’idéal, c’est même souhaitable pour tous les projets : tu crées de la valeur plus rapidement, en flux tendu et sans silos.

Pour autant, dans le cas d’un projet avec trop de legacy, quand il n’y a pas d’intégration continue et que les méthodes de déploiement sont complètement obsolètes, il faut s’outiller. Cela il a un coût qui peut vite devenir exorbitant, il faut le prendre en compte. Pour commencer, cela peut être intéressant de partir sur un périmètre précis et réduit, une application spécifique par exemple. Si ça marche, c’est l’occasion d’étendre la démarche.

Duchess : Merci à toutes les deux ! 🙂

Tags : ,

Je suis développeuse Java à Lyon depuis 2011. Fervente supportrice de l'open-source en général, j'aime particulièrement les aspects scalabilité, performance et DevOps des applications que je construis. Lead developer depuis 2014, j'essaie de sensibiliser mes collègues à ces aspects, et aussi à la mixité dans l'IT...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom*

Email

Website

14 + 5 =

*