Katia Aresti

Les portraits

Nous poursuivons notre série d’interviews avec une autre membre de la team Duchess France Katia. Convaincue par MongoDB, elle est MongoDB master et organisatrice du Paris MongoDB User Group. Elle animera le wokshop développeur: « viens découvrir mongoDB » à Devoxx France.

Blandine : Peux-tu te présenter ? Quel est ton travail actuel ? Tu es MongoDB master depuis 2012, qu’est-ce que c’est ?

Katia : Je m’appelle Katia Aresti, je suis membre active de Duchess France depuis 2010. Je suis développeuse dans l’écosystème java, actuellement je code en scala aussi. Je travaille en tant que développeuse depuis 2005, d’abord chez Sopra, je suis partie pour rejoindre Xebia, pour ensuite passer freelance en été 2012.
Mon travail actuel consiste à intégrer des équipes de développement agiles, de ramener mon expérience en tant que développeuse (je suis une grande convaincue des pratiques XP) et de progresser et apprendre avec les autres.
MongoDB master est un titre que j’ai acquis en 2012 pour être “évangélisatrice” de MongoDB sans pourtant faire partie de l’entreprise MongoDB Inc. Effectivement, en 2010 j’ai participé à la création d’un projet qui utilise MongoDB, étant ainsi l’une des premières équipes françaises dans l’univers Javaiste à mettre MongoDB en production. Suite à cela et, car j’aime vraiment le produit, j’ai participé en tant que speaker à plusieurs conférences (MongoDB Days, Google Fest W etc.), workshops (Marmite Duchess, Devoxx) et j’ai commencé à coorganiser le MongoDB User Group à Paris. Ça ne veut pas dire que je suis une experte de MongoDB qui “master” la base de données à la perfection 🙂 mais surtout que je donne de la visibilité sans pourtant être payé pour.

Blandine : Comment es-tu devenue développeuse ? As-tu les mêmes motivations qu’au début ?

Katia : Je suis devenue développeuse tout simplement, car j’ai appris à l’école à programmer en Pascal à 17 ans dans le cours d’informatique. À cette époque, je ne savais pas quoi faire de ma vie “après le bac” et l’amusement du code m’a fait parvenir à la conclusion de réaliser des études d’ingénieur en informatique. Les 5 années passées à l’école n’ont fait que me confirmer que je voulais faire du code mon métier, spécifiquement en réalisant des logiciels avec des outils open source (ou en réalisant des produits open source).
Professionnellement, mes motivations restent les mêmes qu’au début : travailler pour gagner bien ma vie en faisant quelque chose qui me plaît où je ne m’ennuie pas, où je peux toujours apprendre de nouvelles choses et avoir du challenge. Pour l’instant, je trouve mon bonheur en tant que développeuse. J’ai toujours voulu être indépendante (mes parents travaillent à leur compte) donc le passage vers l’indépendance a été une évidence pour moi.

Blandine : Peux-tu nous rappeler rapidement ce qu’est MongoDB ? Y-a-t-il beaucoup de femmes dans MongoDB ?

Katia : MongoDB est une base de données NoSQL de type document (BSON), écrit en c++, open source et créée par une boîte américaine : MongoDB Inc (ex 10Gen). C’est une base de données qui a beaucoup séduit les développeurs pour sa flexibilité (pas de schéma), les drivers (presque tous les langages sont supportés), la facilité d’apprentissage, la forte culture d’open source de l’entreprise (transparence, JIRAs, releases), sa promesse de performance et scalabilité, ainsi que la communauté que la boîte a su créer (les experts qui travaillent chez mongo consacrent une partie de son temps à répondre aux questions dans les googles groups par exemple). C’est une base de données très complète qui s’avère un très bon choix pour beaucoup des uses cases où auparavant, en absence de concurrence, nous partions vers le SQL.
Concernant les femmes : En dehors des community managers, une développeuse du kernel est Kristina Chodorow qui a écrit plusieurs bouquins. L’une des évangélistes java chez MongoDB Inc est Trisha Gee. Ensuite il y a plusieurs expertes femmes reconnues comme Rose Toomey (salat) ou Charity Majors (ops). Je ne dirais pas qu’il y a beaucoup de femmes, mais ce n’est déjà pas mal pour un début.

Blandine : Tu es organisatrice du Paris MongoDB User Group. Quelle est la place de MongoDB dans les entreprises aujourd’hui ? Est-ce la base NoSQL orientée document de référence ?

Katia : MongoDB est déjà très présent au sein des entreprises, dans tous les secteurs. C’est la base de données NoSQL qui a connu le plus grand succès et une référence dans le domaine. Après il faut toujours être vigilant et ne pas vouloir utiliser Mongo juste pour le plaisir ou l’effet de mode en essayant de le faire rentrer dans des uses cases pour lesquels une autre solution (relationnelle ou pas) pourrait être plus appropriée. Dans tous les cas, c’est un produit à connaître (avec ses points forts et ses faiblesses) et à tenir en compte.

devoxx

Blandine : Tu vas animer un Hands-on sur MongoDB avec David Wursteisen et Tugdual Grall lors de Devoxx France. Peux-tu nous dire comment ça va se passer ? Est-ce pour les débutants ? Faut-il avoir des notions de SQL pour venir ? Y-a-t-il des prés requis à installer sur mon pc ?

Katia : Nous préparons un workshop de 3h pendant lequel on découvrira pas mal de fonctionnalités d’un point de vue développeur java, donc pas trop d’Ops. Nul besoin d’être un expert SQL, même si quelques notions sont toujours utiles pour apprécier et comprendre le passage de schéma relationnel vers les documents. Le workshop est donc pour les débutants. Pour des questions pratiques, venez avec un portable sur lequel vous avez au préalable installé Java 7, maven 3, git et la dernière version de MongoDB 🙂

Merci Katia !  Retrouvez-la au wokshop développeur: « viens découvrir mongoDB » mercredi 16 avril à 13h30 à Devoxx France.

Blandine Bourgois est développeuse Java chez un éditeur de logiciel. Elle est membre du programme Nao développeur depuis 2012. Marseillaise depuis peu, elle espère rencontrer d’autres développeuses pour organiser des soirées ou participer à des projets/hackathon/concours de dev dans le sud…

Blandine Bourgois est développeuse Java chez un éditeur de logiciel. Elle est membre du programme Nao développeur depuis 2012. Marseillaise depuis peu, elle espère rencontrer d’autres développeuses pour organiser des soirées ou participer à des projets/hackathon/concours de dev dans le sud…