J’ai testé pour vous : le syndrome de l’imposteur

Coup de coeur, J'ai testé pour vous

Cet article s’intitule “j’ai testé pour vous : le syndrome de l’imposteur” mais pour être honnête avec vous, je l’ai “testé” à l’insu de mon plein gré. Ce syndrome est venu à moi et non l’inverse.

Encore un nouveau syndrome à la mode ?

Non, le concept du syndrome de l’imposteur a fait son apparition au cours de l’automne 1978 grâce aux travaux, “The Imposter Phenomenon in High Achieving Women: Dynamics and Therapeutic Intervention”, menés par Pauline Rose Clance et Suzanne Imes auprès de cadres dirigeantes. Les deux chercheuses ont voulu comprendre pourquoi certaines d’entre elles se montraient incapables d’assumer leur réussite. Historiquement, donc, le phénomène a d’abord été détecté chez les femmes. Mais, depuis les premiers travaux, des études ont montré qu’il touche tout autant les hommes et près de 3% des dirigeants.
 Syndrome de l'imposteur

Le syndrome de l’imposteur, qu’est-ce que c’est ?

Certaines personnes sont persuadées qu’elles ne méritent pas leurs succès, malgré les efforts qu’elles fournissent pour réussir. Elles s’auto-persuadent souvent que leur réussite n’est pas liée a leur travail, leur accomplissement personnel, mais tout bonnement à la chance ou bien au travail des autres. De fait, elles vivent en permanence avec un sentiment de duperie et craignent sans cesse que quelqu’un ne les démasque d’un jour à un autre.

 

Êtes vous touché(e) par ce syndrome ?

  • Vous pensez que ce que vous faites est toujours moins bien que ce que les autres font ?
  • Vous pensez que ce qu’il vous arrive (obtention d’un diplôme, recrutement dans une grande entreprise …) vous est arrivé par hasard ?
  • Vous pensez que malgré votre travail et vos efforts, vous n’arriverez jamais à égaler ou dépasser vos collègues ?

Si vous vous reconnaissez dans une majorité de ces questions alors vous êtes sans doute touchés par le syndrome de l’imposteur. Il est normal de se demander si nous sommes légitimes dans certaines situations mais il ne faut pas que cette petite voix qui a tendance à nous rabaisser se fasse entendre de plus en plus souvent.

 

Si tout comme moi vous travaillez dans un milieu plutôt masculin ou bien plutôt féminin, il est donc courant de travailler avec uniquement des collègues du sexe opposé et de ce fait de se sentir moins bien qu’eux, de ne pas se sentir légitime face à eux … Et en parlant avec plusieurs développeuses et femmes travaillant dans l’informatique, il s’avère que presque toutes sont touchées par ce syndrome !

 

Quels sont les risques de ce syndrome ?

Les personnes touchées par le syndrome de l’imposteur se sentent parfois obligées de travailler d’avantage, d’en faire toujours plus, afin d’essayer de se sentir légitime, c’est ce que l’on appelle l’overdoing. Le problème est que cela peut amener à un épuisement et à un burnout.

 

Une autre conséquence peut être l’inverse, l’underdoing, la personne va se sentir nulle, donc va de moins en moins en faire et le burnout peut également se ressentir dans ce cas.

Assertiveness-Time

Comment surmonter ce syndrome ?

Il est prouvé que la façon dont on se perçoit n’est pas la même que celle dont les autres nous perçoivent, on a tendance à se sous estimer continuellement. Donc une des solutions ou plutôt une des étapes serait de demander à vos collègues ce qu’ils pensent de votre travail. Et pour aller encore plus loin ce serait de demander à une personne qui jugera uniquement votre travail et qui ne vous connaîtra pas.

Une autre étape est de coucher sur papier, par le biais d’une mind map (carte heuristique ou carte mentale) par exemple, toutes les tâches techniques que vous faites au quotidien ainsi que vos compétences. Et là, vous pourrez vous apercevoir, concrètement, que non vous n’avez pas moins de compétences que vos collègues masculins  :-).

Je me suis prêtée au jeu et voici ma mind map :

Mindmap Dev Aurelie vache

Faire cette mindmap m’a permis d’y voir un peu plus clair sur les connaissances et compétences que j’utilisais au quotidien et je pense que cela va me permettre d’avancer et de prendre un peu plus de recul. Je vais me pencher sur les points que je dois améliorer et je me dit que finalement, même si je ne suis pas hyper spécialisée dans un domaine, cela peut être un atout car j’ai quelques cordes à mon arc.

 

Il faut également arrêter de comparer l’incomparable. Si vous travaillez en binôme avec une personne qui a 10 ans de plus que vous et donc probablement 10 années d’expérience en plus, c’est tout à fait normal de se dire que son code qui gère le multi-threading est meilleur que le vôtre par exemple.

Une chose importante à savoir également est que avoir des modèles c’est bien, cela permet d’avancer, de se donner un but à atteindre … mais il ne faut pas viser trop haut non plus. En effet, viser trop haut peut augmenter le syndrome de l’imposteur et vous plonger dans l’overdoing puis l’underdoing.

 

Pour conclure, ayez confiance en vous. Si vous voulez parler lors d’une conférence, qu’est-ce qui vous en empêche ? En travaillant bien la présentation vous serez autant, voir plus, capable qu’une autre personne.

 

Aurélie Vache est Développeuse depuis plus de 10 ans et actuellement chez Continental. C'est une développeuse multi-casquette qui jongle avec le développement d'applications métiers, sociales, de sites internet, le DevOps, la gestion de projet technique, en passant par la qualité de service, l'opérationnel, le SEO, l'ergonomie et la Big Data.

Commentaires

  • Estelle dit :

    Bonjour et merci pour votre publication, c’est important d’en parler.
    Mais permettez-moi de vous dire quelque chose, en toute amitié, et sincérité. Je suis tombé sur ce post sur les réseaux sociaux et je me suis dit «chouette, quelqu’un va enfin témoigner» !! Quelle déception de voir que ce n’est finalement pas le cas. Je retrouve beaucoup de bonne volonté chez vous mais il semble que vous n’aillez pas eu le courage (peut-être par peur ?) de parler de votre expérience personnelle. Aussi vous vous contentez donc d’établir des faits et de définir simplement ce syndrôme, sur lequel j’avais déjà lu beaucoup de choses sur d’autres sites. En fait je m’attendais vraiment à lire une expérience quand j’ai vu «j’ai testé pour vous». Est-ce qu’il vous sera possible de nous parler de votre véritable expérience dans un prochain post ? Je pense que ça pourra vraiment m’aider, car on est souvent seule face à ce type de situation. Et l’exprimer par l’exemple est la meilleure manière de se rendre compte de sa propre situation, et peut aider à d’autres à en prendre conscience !! Mais justement : avez-vous vous-même confiance en vous ?

  • Merci de votre commentaire.
    Dans cet article j’ai parlé de ma propre expérience en partie, faut lire parfois entre lignes ^^ mais il fallait également expliquer ce qu’était ce syndrome et donner quelques pistes pour essayer d’avoir confiance en soi et de se rendre compte qu’il faut arrêter de se prendre pour un imposteur :).

    Pouvez-vous m’expliquer votre propre expérience, ce que vous ressentez et comment le syndrome apparaît dans votre cas ?

    Bonne soirée.

  • Estelle dit :

    Bonjour,
    Malheureusement nous ne nous sommes pas compris et j’en suis désolée. Je vais vous répondre donc plus franchement, comme ça vous n’aurez pas à devoir lire entre mes lignes : je comprends votre réponse mais vous n’avez pas compris ma remarque. Cette dernière porte sur la forme : vous intitulez un article “j’ai testé pour vous” et vous donnez une simple définition de ce syndrome. C’est certes utile mais on apprend rien sur votre expérience personnelle et ce que vivre cela vous a coûté au quotidien. Evidemment qu’il faille «arrêter de se prendre pour un imposteur» ! Je ne comprends d’ailleurs pas l’utilité de le préciser puisque c’est tout le sens de votre post. En revanche vous n’avez pas répondu au fond du problème : vous sera-t-il donc possible de parler véritablement de votre propre expérience ? Le fait de constater que vous ne semblez pas en mesure de le faire semble justement confirmer qu’il est encore plus compliqué de comprendre ce phénomène et de l’assumer. Je reformule : le fait de ne pas parler de votre propre expérience (même si vous dites le faire ce que je conteste), me fait penser que vous vous censurez. Pire encore : vous me retournez la question en me posant la question que je vous ai posée.
    Bonne journée,
    Estelle

  • CV dit :

    Bonsoir,

    je m’arrête par hasard sur votre article et je n’ai pas besoin de plus de précision pour m’apparenter à ce syndrome qui dure et qui dure hélas…..pour info ma recherche portait sur “se sous-estimer continuellement”.

    Bonne soirée

    Cordialement

  • Bonjour Estelle, désolé je viens à peine de voir votre message.
    Oui il est évident d’arreter de se prendre pour un imposteur mais le lire et l’entendre par d’autres personnes que soi peut avoir un meilleur impact donc j’ai trouvé cela utile de le dire dans cet article.

    Je comprend votre besoin et l’incohérence avec le titre de l’article et vous avez raison. Je parlerai de ma propre expérience dans un prochain article :-).

  • cycy dit :

    Bonjour Aurélie,
    Merci pour cet article car je pensais que c’était juste un manque de confiance en moi avant de le lire.
    J’ai maintenant une piste à creuser. 🙂

    Bonne soirée

  • Pascale dit :

    Bonjour Aurélie,
    Je trouve votre article bénéfique pour bien des femmes qui débutent une réflexion sur elles-mêmes et, plus largement, j’apprécie l’engagement des Développeuses-Duchess. Ma fille qui a un goût prononcé pour l’esthétique et le design, se demande si elle ne va pas s’orienter vers l’informatique, le code. Un grand écart mais, pourquoi pas… Comme nous habitons Toulouse, je me demandais si vous accepteriez de nous accorder quelques minutes pour nous parler de l’écosystème du monde des développeurs et des points de concours éventuels avec le design ? Ou une autre membre de Duchess si ça ne vous tente pas ? Bien cordialement,

    • Bonjour Pascale,

      je vous remercie pour votre message qui fait plaisir.
      Pas de soucis pour rencontrer et parler avec votre fille du métier et de l’écosytème.
      Nous avons justement mis en place un système de marrainage qui peut répondre tout à fait a votre/son besoin :-).

      Je vous invite et l’invite à aller sur ce lien pour en savoir plus : http://www.duchess-france.org/marrainage-adoptaduchess/
      Il lui suffit de s’inscrire en tant que filleule et je me ferai un plaisir de lui faire une demande en tant que marraine.
      Nous pourrions ensuite échange que ce soit par mail ou en réel, et je tacherai de répondre aux mieux à ses questions, ses inquiétudes … 🙂

      Merci.

      Bonne journée.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Nom*

    Email

    Website

    quinze + douze =

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer