Paris JUG de mai : Build, Share & Deploy jusqu’au bout de la nuit (3)

Les conférences

Pour faire suite à la présentation des DVCS en général, David va nous emmener dans une visite de Git.

Une très belle présentation, soutenue par Maître Yoda (il faut une citation de Maître Yoda par session au JUG) et des démos de gestion de configuration en live (incroyable non ?)

Git, la gestion de conf qui vous veut du bien !

David Gageot est CTO d’AlgoDeal, un site qui permet de mettre au point et valoriser ses propres stratégies boursières basées sur des techniques quantitatives. Il nous a présenté Git qu’il utilise depuis le début du projet.

David Gageot sur le point de dégainer l"effaceur de mémoire des Men In Black pour nous faire oublier tout ce que l'on sait sur les VCS

Tout d’abord David et son équipe ne travaillent pas du tout de la même manière que Sébastien. Il nous en dira un peu plus sur la fin, mais sur le principe tout le monde met à jour tout le temps. C’est ça aussi la souplesse d’un DVCS.

Un autre avantage est qu’il peut être totalement autonome. Il a la totalité de son projet avec tout l’historique en local sur sa machine et peut nous faire des démos sans avoir accès aux serveurs de sa société, ce qui est impensable avec d’autres VCS. D’un point de vue plus pratique, ça permet de travailler dans le train par exemple.

David va nous présenter quelques raisons très motivantes pour passer à Git. Flashage de la mémoire à la Men in Black et on y va.

Le tube de l’été : Git bisect

L’histoire commence un matin face à l’impossibilité de faire fonctionner mvn eclipse:eclipse.

C’est une fonction qu’on n’utilise pas très souvent (elle sert à initialiser les projets eclipse) et semble cassée silencieusement depuis un bon moment. Mais il sait que la version 1.1.3 fonctionnait. Quand a-t-on cassé le build ? et à cause de quoi ? La traque commence.

Trouver le commit en cause en testant les versions une par une en remontant le temps entre le HEAD et la 1.1.3 va prendre beaucoup de temps. Une stratégie plus efficace consiste à ne tester que certaines versions en utilisant une méthode dichotomique. Manuellement, c’est fastidieux de calculer la version médiane. Mais voilà, Git vient avec plein d’outils magiques, dont git bisect
Git bisect va calculer tout seul un plan de test des versions en utilisant la dichotomie et tester la commande qu’on lui indique sur ces différentes versions.

Petite démo sur notre build cassé en faisant tester mvn eclipse:eclipse à chaque pas. git bisect annonce qu’il va trouver en 8 coups. Au bout de quelques essais git bisect a trouvé la première version qui ne marche plus. Il s’agit de la version dans laquelle le plugin  Maven Enforcer a été mis en place et configuré pour n’autoriser que Maven 3. Petite recherche complémentaire, c’est un bug connu.

David nous apprend la chorégraphie du git bisect, la danse de cet été au JUG Summer Camp. On ouvre les bras sur les builds 1.3.12 à 1.4.2 et on tranche au milieu sur le 1.2.22, et on recommence avec 1.2.22 à 1.3.12 ...

L’outil est assez bluffant et depuis David ne peut plus s’en passer pour chercher les régressions.

Question d’Emmanuel Bernard du podcast Les Cast Codeurs : “Et si t’as pas de test , tu fais comment ?”. Et bien s’il manque un test, tu rajoutes un test et tu l’envoie dans le passé en faisant du cherry picking. Quand  je vous disais qu’on est en pleine Science Fiction ! Mais c’est réel.

Le build incassable

Le souci lorsque l’on travaille à plusieurs c’est que ce qu’on livre même si ça marche localement peut ne pas fonctionner avec d’autres livraisons faites dans la même période. Pour ça on a mis en place des solutions compliquées appelées serveurs d’intégration, Hudson le plus souvent,  pour jouer le build sur le repository commun puis afficher un statut (les voyants bleu/jaune/rouge).

Et puis comme le build casse plus ou moins souvent, on doit gérer des stats, qui affichent des soleils ou des petits nuages en fonction des statuts des dernières exécutions. Ces serveurs d’intégration sont des machines dédiées. Les services  tombent, il faut les monitorer, avoir des fermes de machines pour tenir la charge. Bref, on rajoute des complications par dessus des complications.

Et si tout bêtement les builds ne cassaient pas ?
Si vous passez chez Algodeal un jour, passez voir leur serveur d’intégration. C’est une oeuvre d’art. Mais il ne sert à rien, les builds ne sont jamais cassés. Science-Fiction ? Magie ?

En même temps, c'était joli la météo du build.

L’intégration des livraisons est vérifiée en amont sur un principe de private build. Certains serveurs d’intégration comme Team City proposent ce type de fonction. Lorsqu’un développeur fait un commit, il est d’abord appliqué dans un bac à sable, et si ça marche le vrai commit est fait. Mais Team City impose des contraintes, par exemple utiliser IntelliJ IDEA.

Algodeal a mis en place le même principe en utilisant la possibilité d’avoir des dépôts multiples et la flexibilité de Git sur la gestion des contenus.

Chaque développeur a sur sa machine son dépôt personnel et un dépôt qui est une copie du projet qui sert au build privé.  Il pousse des mises à jour pour intégration sur le dépôt sur sa copie du projet.  Un script prend en charge le build et la propagation sur le dépôt commun si le build a marché.

Plus de serveur d’intégration centralisé, plus de machine dédiée, plus de Hudson, plus de voyant vert/rouge, et surtout plus de build cassés.

Démo de Gource

David nous a ensuite fait une rétrospective de son projet sous Gource. C’est un outil graphique qui permet de visualiser l’évolution d’un projet Git dans le temps : l’arrivée de nouvelle personnes, l’arborescence du projet, les changements. C’est encore un outil magique, même si c’est plus contemplatif qu’utile.

Le projet d’Algodeal est marqué par quelques feux d’artifices. Tout d’abord les deux changements de nom de la société, d’Algodeal à Tech4Quant, puis de Tech4Quant à Algodeal. Ne doutant de rien David a renommé tous les packages Java à chaque fois.  Il a aussi réorganisé les projets Maven un matin pour en multiplier le nombre par 2. Et Git s’en est bien sorti, là où un VCS standard aurait créé une monstrueuse panique.

Comment démarrer avec Git ?

David Gageot fera une présentation plus approfondie à Agile France 2010 le 31 Mai et le 1er Juin. Vous pouvez aussi le suivre sur son blog JavaBien.

Un peu de lecture ? L’excellent Pro Git chez Apress vous apprendra comment revoir toute votre conception de la gestion de configuration avec Git.

Il existe aussi une documentation assez complète sur Internet.

Et puis finalement rien de vaut l’utilisation pour se faire une idée. Git ne nécessite pas de serveur centralisé, d’administrateur. Il suffit d’installer une des versions de Git selon son OS et vous pouvez démarrer tout de suite avec un dépôt local.  Il existe même une version portable si vous n’avez de droits de super user.

Vous voulez démarrer Git en travail collaboratif ? Github vous permettra de participer à des projets open source ou de créer votre propre projet.

Pour relativiser un, peu l’enthousiasme de David, Git pour le moment ne bénéficie pas encore de la même intégration dans les outils que SVN dans les outils de développement. En particulier sous Windows, il n’existe à peu près que la ligne de commande. Mais ça va venir, et on présent que ça sera bien.

20h30, il est temps d’aller voir ce buffet.

Précédent : la présentation DVCS Suivant : la présentation Maven3

Les photos sont de José Paumard et Claude Falguière.

Tags : ,

Claude Falguière est coach devops chez Valtech. Son expertise concerne le déploiement et l’analyse des performances. Elle s’intéresse aussi aux langages fonctionnels et aux moyens ludiques d’apprendre l’informatique. Elle est co-fondatrice de Duchess France mais elle s’est mise en retrait pour se concentrer sur la fondation de Devoxx4Kids France et oeuvrer contre les stéréotypes auprès des plus jeunes. Elle est membre du Paris JUG et du comité de programme de Devoxx France en charge du track Future.

Ellène DIJOUX SIBER est développeur Java freelance. Elle est une membre active de Duchess France et a fait partie de l’équipe d’organisation de la conférence Agile France en 2013. Passionnée par le dessin, elle tient également un blog où elle dessine le quotidien des développeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nom*

Email

Website

16 − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer