Portrait : Audrey Neveu

Les portraits

Premier | Précédent: 9 – La croissance Suivant: 11 – La roadmap


Qui es-tu ?

Audrey, développeur java chez Sfeir et jug addict 🙂


Comment es-tu tombée dans le chaudron ?

J’ai un papa geek avant l’heure qui m’a très tôt offert mon premier pc sous windows 95 et la connexion 56K qui allait avec. Je suis rapidement devenue accro à mon ordinateur, et j’ai donc commencé à l’explorer de long en large pour tenter de comprendre comment fonctionnait cet engin qui me fascinait tant.

Quel est ton parcours ?

Mes études secondaires se résument à une prépa arts appliqués qui ne correspondait pas à ce que j’aurai vraiment voulu faire à l’époque. Sans autre idée de réorientation, j’ai commencé à travailler. J’ai fait quelques petits boulots puis j’ai eu la chance d’entrer dans des milieux ou mes connaissances en informatique m’ont permis d’évoluer. C’est ainsi que, comme utilisateur lambda j’ai eu la joie d’utiliser l’AS400 ou encore SAP ;)
Ma dernière mission d’intérim a pris fin en août 2008, juste avant la crise. Je me suis alors dit qu’il était temps de repartir à l’école et j’ai commencé par chercher un métier qui me plairait. L’informatique était le seul domaine qui m’attirait vraiment, il ne restait plus qu’à trouver le métier de mes rêves …


Comment as-tu connu Duchess ?

Par l’intermédiaire d’Antonio, rencontré lors de sa venue au NormandyJug en janvier. Il m’a parlé du groupe qui se formait et m’a conseillé de venir aux deux ans du ParisJug pour en rencontrer les fondatrices.
Pourquoi as tu rejoint Duchess ?

Tout d’abord parce qu’il s’agissait d’une opportunité inespérée de rencontrer d’autres femmes qui faisaient le même métier que moi mais qui, surtout, partageaient ma passion.

Ensuite, et peut être surtout, parce qu’il ne s’agissait pas de revendication féministe mais d’un engagement au sein d’une communauté que j’apprécie énormément, qui m’a accueillie à bras ouverts et que je souhaite faire vivre moi aussi, à ma façon.
Quelles sont les actions qui te tiennent à coeur ?

Il y a deux actions sur lesquelles je m’investis plus particulièrement : c’est l’essaimage et la venue d’étudiantes parmi nous.J’ai eu la chance d’avoir pour maître de stage Yann Petit, Jug Leader du NormandyJug; je ne me suis donc pas posée la question de savoir si d’une part, étant étudiante, j’avais le niveau pour assister à un jug et d’autre part si en tant que femme j’oserais me rendre dans une soirée où il n’y aurait que des hommes. Ça m’intéressait, on m’a proposé de venir, le reste s’est fait tout seul. <Les jugs m’ont beaucoup apportée et j’aimerai pouvoir à mon tour, rendre la pareille en incitant celles d’entre nous qui travaillent en province à participer aux événements locaux, et ce même si elles ne sont pas encore dans la vie active.


Est-ce qu’il y a un message que tu souhaites faire passer ?

Peut être simplement rappeler que nous sommes incroyablement chanceux : faire un métier qui nous passionne, c’est déjà une aubaine que tout le monde n’a pas, mais le faire au sein d’une communauté riche et solidaire comme la nôtre, c’est un luxe inouï à mes yeux. Alors un grand merci à celles et ceux qui la font vivre 🙂

Premier | Précédent: 9 – La croissance Suivant: 11 – La roadmap

Tags :

Créée en 2010, Duchess France ​est une association destinée à valoriser et promouvoir les développeuses et les femmes avec des profils techniques dans l’informatique, pour leur donner plus de visibilité, mais aussi contribuer à faire connaître ces métiers et créer des vocations. Les Duchess France sont présentes dans les conférences européennes pour représenter et partager leurs expertises. Une des missions des Duchess France est également d'inciter et d'accompagner des femmes à prendre la parole dans le cadre de ces conférences.

Commentaires

  • fayolle-gueye dit :

    Je viens de voir la conférence TEDX2013 Apprendre à créer. Je tenais à vous faire part du travail du réseau Canopé qui est repris dans le paragraphe qui suit. (Vu à la fête du livre de St Paul les 3 château en janvier dernier )
    Table ronde avec Catherine Lenoble, Laurent Dour et François Morel
    Le réseau Canopé expérimente pour la première année, en Haute-Savoie, l’apprentissage du code informatique dans une classe de primaire. À quelles fins ? Cette démarche est-elle connectée à la question littéraire ?
    Laurent Dour :
    est correspondant numérique et formateur de l’atelier Canopé de la Haute- Savoie.
    François Morel :
    est le directeur atelier Canopé de la Haute-Savoie et directeur adjoint du Canopé de l’académie de Grenoble.
    Le réseau Canopé accompagne la communauté éducative dans la mise à disposition de ressources pédagogiques sous de multiples supports. A ce titre, sous la tutelle du Ministère de l’Éducation Nationale, il promeut notamment les usages innovants du numérique par le biais de formations, la mise à disposition et la médiation de ressources numériques.
    Cordialement, V. Fayolle-Gueye

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Nom*

    Email

    Website

    5 × un =

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer