Retrouvez Aline Paponaud lors des ateliers Programatoo à Devoxx France et Théâtre d’Impro pour jouer à être Agile à Mix-IT

Les conférences

Pour continuer notre série, voici l’interview d’Aline Paponaud (@bootis). Vous la retrouverez à Devoxx et Mix-IT pour des présentations où vous devrez être actif (comme on les aime chez les Jduchess ;-) ). Aline coorganise l’atelier Programatoo à Devoxx avec Audrey Neveu et vous a préparé un match d’impro pour jouer à être Agile à Mix-IT.

Blandine : Qui es-tu ? Peux-tu définir ton travail actuel ?
Aline : J’ai 26 ans, je suis arrivée dans la région parisienne en septembre.
Mon travail actuel c’est développer en .net de nouvelles fonctionnalités sur du legacy code (une application qui existe depuis longtemps, qui était en TMA et pour laquelle un « grand projet » a commencé), et aussi d’animer et essayer d’améliorer les choses dans l’équipe pour l’amener vers de plus en plus d’agilité (mon côté scrummaster).

Blandine : Dans quel projet(s) /user group interviens-tu ?
Aline : Mes projets du moment c’est surtout programatoo (@programatoo, visible sur les blogs de Sfeir, Jduchess…) : c’est un projet longue durée chez Sfeir qui a commencé avant Devoxx et qui continuera après, l’objectif étant de savoir apprendre la programmation avec les enfants, et ensuite de diffuser au maximum ces pratiques.

Sinon tous les mercredis je suis chez /ut7 au Coding Dojo pour apprendre avec quelques compères. On fait un peu de tout, mais toujours dans les règles de l’art (TDD, plus forte valeur métier en 1er, et autres bonnes pratiques).

Ma prochaine action va être de parler un peu plus de .net et plus particulièrement de la solution d’intégration continue TFS sur mon blog techaline.wordpress.com qui est un peu mort en ce moment… et mettre un peu de source sur codeplex.

Blandine : Tu travailles actuellement sur un projet en .net, mais cela ne t’empêche pas de participer à Devoxx France ou Mix-IT. On croise peu de gens qui ont la double compétence Java/.Net. Penses-tu que ces deux mondes soient vraiment différents ?
Aline : En fait, je suis naïve et j’ai cru ce qu’on m’a dit quand je suis sortie de l’école en ayant fait plein de Java : « ce que vous savez faire, c’est pas Java ou C ou n’importe quel LANGAGE, c’est appliquer des CONCEPTS : vous savez développer en respectant de bonnes pratiques, vous savez faire des tests, vous savez concevoir des trucs ». Après 3 ans d’expérience, je me retrouve « coincée » par ma bonne connaissance des subtilités du langage et de quelques frameworks .net (ce qui pour moi ne fait pas de moi une bonne dev).

C’est simple : je veux apprendre plein de langages, tout comme à titre personnel je veux apprendre plein de langues étrangères.

Je refuse de croire qu’il y a un manque d’ouverture. Pour moi, c’est juste qu’il y a beaucoup de peurs, car on n’arrive pas à évaluer un bon développeur en dehors de sa maîtrise du langage qu’il sera payé pour utiliser.

Blandine : Pourquoi as-tu choisi ce métier ? As-tu les mêmes motivations qu’au début ?
Aline : Parce qu’il y a de la « magie » dans notre métier, quelque chose qui fait qu’on a le pouvoir de rendre facile et intuitives des choses très compliquées au départ.
Ce qui me plaît c’est de fabriquer des outils pour les gens et de savoir comment fonctionnent des systèmes complexes.
Ça n’a jamais vraiment changé.

programatooLogo

Blandine : Lors de Devoxx France, tu vas animer l’atelier Programatoo avec Audrey Neveu. Comment t’es venu l’idée d’organiser un atelier pour les enfants ?
Aline : J’ai rencontré lors de Agile Innovation Grenoble (la meilleure conférence Agile ;-) : www.agileinnovation.fr) que je coorganisais en 2011 des personnes de /ut7 qui s’intéressaient au sujet, et qui s’apprêtaient à faire leur premier Coding Goûter.

On en a pas mal discuté, on s’est rappelé de nous enfant et de notre première expérience avec la programmation, et j’ai vu qu’il y avait un écart avec ce que maintenant les enfants apprennent en premier sur un ordinateur : recherche google, emails ,facebook, utilisation du smartphone… là ils savent mieux que moi, mais pour le reste, il manque quelque chose.

Et une fois Agile Grenoble passé, et mon installation en région parisienne bien en place, je me suis dit que c’était le moment de lancer un projet. Et voilà… J’en ai parlé à Sfeir qui m’a donné son support. On s’inspire totalement du Coding Goûter, d’ailleurs on est en contact permanent avec eux. Mais nos objectifs, à terme, sont différents : on souhaiterait se tourner vers tous les enfants (pas forcément accompagnés de leurs parents) pour des ateliers dans la ville, dans les écoles… Mais on n’en est pas encore là !

Lors des ateliers Programatoo et des Coding Goûters chez nos amis de ut7, on se rend compte d’une chose, et c’est même le mot d’ordre : ce sont les enfants qui ont quelque chose à nous apprendre et à nous montrer. Ce qui m’a surprise : leur créativité, leur capacité à trouver des idées rapidement… Non pas que j’en aie douté, mais je me rends compte que mon enfance à moi s’éloigne !!!

Blandine : Lors de Mix-IT, tu organises un « atelier Théâtre d’Impro pour jouer à être Agile ». Peux-tu nous en dire plus ? Comment est-ce que ça va se passer ? On peut venir même si on n’a jamais fait d’impro ?
Aline : C’est du théâtre d’impro 100% débutant. On ne parle pas d’agilité, on s’amuse, on improvise en respectant les règles. L’idée est que chaque participant se rende compte de sa capacité à être réactif, à imaginer, et à s’adapter à toutes les situations. Que le groupe forme un ensemble cohérent, qu’on s’écoute, qu’on s’impose sans imposer à l’autre…
Le format : comme un typique entraînement d’impro, on commence par un échauffement, ensuite on fait quelques exercices et on finit avec des improvisations sur un thème donné.
A la fin, on fait une petite rétrospective, et les participants se rendront facilement compte du parallèle avec n’importe quel projet !

Blandine : Les méthodes agiles semblent importantes pour toi. Pourquoi ? Comment es-tu tombée dans la marmite des méthodes Agiles ? Pourrais-tu aujourd’hui travailler dans une équipe qui ne les applique pas ?
Aline : Déjà, je n’ai pas appris le Cycle en V à l’école, mais les méthodes Agiles. Donc forcément je n’ai pas pu m’imaginer un projet différemment. Ensuite, arrivée sur un projet directement en sortant de l’école, j’avais besoin d’aide et j’en ai trouvé au Club Agile Rhône Alpes… J’ai rencontré plein de gens épanouis et je leur ai fait un chèque pour les rejoindre, et j’ai organisé une grande cérémonie avec… non sans rire, c’était vraiment super et j’ai appris plein de trucs. Se retrouver avec des gens de différentes entreprises permet vraiment de prendre du recul sur la situation.
Aujourd’hui bien sûr je pourrais travailler dans une équipe qui ne les applique pas, d’ailleurs il y a beaucoup d’équipes qui disent qu’elles l’appliquent et qui ne l’appliquent pas… C’est une situation plutôt normale pour moi, et ce qui est intéressant dans ces équipes c’est justement d’essayer d’améliorer le process. Ce que je ne pourrais pas faire, ce serait travailler dans une équipe qui refuse tout changement.

 

Merci Aline ! Rendez-vous : 

Tags : , , ,

Blandine Bourgois est développeuse Java chez un éditeur de logiciel. Elle est membre du programme Nao développeur depuis 2012. Marseillaise depuis peu, elle espère rencontrer d’autres développeuses pour organiser des soirées ou participer à des projets/hackathon/concours de dev dans le sud…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom*

Email

Website

quinze + quatorze =

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer