Tag :atmosphere

Un petit tour dans Atmosphere, Comet et les WebSockets

Jeanfrançois ArcandJeanfrançois Arcand est invité par le Lyon JUG le 19 juin prochain pour une soirée dédiée à la création d’applications Web temps réel en utilisant le projet Atmosphere sur lequel travaille Jeanfrançois. Une soirée où on parlera donc des techniques Comet et du protocole WebSocket. Comme à son habitude, Agnès Crépet et ses camarades du Lyon JUG, Alexis Hassler et Cédric Exbrayat, sont allés à sa rencontre pour lui poser quelques questions en amont de cette soirée.

Agnès : Peux-tu te présenter? Quel est ton parcours professionnel et ta mission actuelle chez Wordnik?

Jeanfrançois: Je m’appelle Jeanfrancois Arcand, Québécois de souche. Je travaille dans le domaine depuis 1993. J’ai commencé ma carrière comme mathématicien, travaillant en intelligence Artificielle pour le groupe Roger Communications. En 1997, j’ai immigré en Bretagne, sur Lannion, pour travailler pendant 2 ans pour France Telecom. Je suis ensuite retourné au Québec et reparti pour habiter en Californie et travailler pour Sun Microsystem. J’ai passé 10 ans chez Sun Microsystem, travaillant sur Tomcat, Grizzly et GlassFish. Ensuite un court passage chez Ning et Sonatype et, depuis septembre 2011 chez Wordnik. Chez Wordnik je travaille 50% sur le projet Atmosphere et le reste sur l’architecture « temps réel » de Wordnik. Par exemple, le site du Wall Street Journal utilise la technologie de Wordnik (basé sur Atmosphere) et sert 40 millions de requêtes par jour.

 

Agnès : Tu as travaillé sur Grizzly, embarqué dans Glassfish, et qui est un des premiers frameworks NIO. Une extension de NIO, NIO2 (Asynchronous I/O), est proposée dans la version de Java SE 7. Quel intérêt représente pour toi cette évolution, notamment par rapport à son utilisation avec Grizzly?

Jeanfrançois: NIO.1 était très mal foutue d’où le grand nombre de framework qui ont tous essayé de rendre NIO plus facile à utiliser. NIO.2 est vraiment là pour réparer cette erreur. Jadis chez Sun NIO.2 m’intéressait, mais maintenant j’aime utiliser un framework plus haut niveau (comme Netty), ce qui me permet de me concentrer sur l’utilisateur et moins le « bas niveau ».

 

Agnès & Cédric : Tu vas nous parler lors de ta prochaine session au LyonJUG de Comet et de WebSocket. Y a t-il toujours un intérêt à faire du Comet alors que les Websockets existent?

Jeanfrançois: Encore plus! Actuellement, environs 40% des fureteurs* utilisent WebSockets (basé sur mes observation sur le site du Wall Street Journal ). C’est donc important de continuer à développer les techniques long-polling, Server Side Events et streaming (Comet) afin de pouvoir supporter des fureteurs* tels qu’Internet Explorer 6/7/8/9, qui sont malheureusement très utilisés :-). Le support WebSockets est également inexistant sur plusieurs serveurs et donc la technique Comet est encore très primée et d’actualité.

 

Agnès & Cédric : Quand on se lance dans l’aventure du développement d’application Websocket en Java, on peut vite rencontrer des difficultés. Il n’y a pas de standardisation (pas d’API standard) à l’heure actuelle, il faut donc choisir une solution et les implémentations vont être bien différentes en fonction de l’outil choisi (Play! qui utilise les ws natives de netty, Vert.X qui se base sur sockjs par exemple). Lors de ta session au LyonJUG, tu vas nous parler du projet Atmosphere. Peux-tu nous présenter ce framework et son intérêt vis-à-vis de l’écriture de la partie serveur d’application WebSockets / Comet?

Jeanfrançois: Atmosphere permet l’écriture d’applications asynchrones et « cache » les différentes API WebSockets et Comet à son utilisateur. Atmosphere offre une solution portable et unifié, et ce, coté client (Javascript) et coté server (java). Donc, une application peut dès maintenant être redigée et utilisée partout. Si le client ou serveur supporte les WebSockets, ils seront utilisés. Atmosphere supporte aussi une autre spécification HTML5: les « Server Side Events », qui peuvent également être utilisés comme transport lorsque les WebSockets ne sont pas disponibles. La beauté d’Atmosphere est donc de présenter des « API » unifiées et assure, par le fait même, la portabilité des applications. Atmosphere est également « embarqué » par la majorité des « frameworks » actuel comme RichFaces, Vlaadin, Wicket, GWT, etc. Atmosphere supporte aussi les protocoles Socket.IO, Bayeux/Cometd ainsi que SwaggerSocket.

 

Agnès : Atmosphere se positionne t-il principalement côté serveur? De quelles solutions disposons nous côté client pour développer des applications WebSockets sans être adhérent à une solution spécifique (Grizzly, Netty, …)?

Jeanfrançois: Non, Atmosphere se positionne fortement coté client. Wicket, GWT, RichFaces, Primefaces, Socket.IO (coté client), JQuery-Socket ainsi que atmosphere.js sont tous des clients qui fonctionnent avec Atmosphere.La librairie atmosphere.js permet une utilisation transparente des WebSockets et est en mesure de négocier, avec le coté serveur, le meilleur transport à utiliser. Par exemple, une application qui tourne sur Tomcat 7 (qui supporte les WebSockets) et qui utilise atmosphere.js fonctionnera sur tout les fureteurs* populaires. Les WebSockets seront utilisés par Chrome et Firefox, mais long-polling sera utilisé par Internet Explorer…de façon transparente. Donc le coté client du framework Atmosphere est très important.

 

Alexis: Comment se positionne Atmosphere par rapport à des technos comme Netty, Grizzly ou le mode async de Servlet 3, d’un coté, comme Vert.X d’un autre coté ou comme le mode asynchrone de JAX-RS 2 ? (concurrent, complémentaire, rien à voir,…?)

Jeanfrançois: Atmosphere fonctionne avec Netty (le projet NettoSphere) et pourrait également fonctionner avec Grizzly. Le mode Async permis par Servlet 3.0 est aussi supporté, lorsque disponible, par Atmosphere. Atmosphere « auto-détecte » le meilleur moyen de fournir de l’asynchrone basé sur le serveur utilisé. Atmosphere est un concurrent de Vert.X car il permet de faire la même chose (et en mieux, et portable).

JAX RS 2 est une standardisation du module « Atmosphere Jersey » (très primé) et ne fonctionnera que sur les serveurs Java EE 7. La spécification s’inspire d’Atmosphere, ce qui est positif pour Atmosphere! Par contre, Atmosphere fonctionne partout et support EE 4/5/6 de façon transparente.

 

Alexis: Atmosphere s’intègre avec des clients non-HTTP (JMS, JGroups,…). Quels types d’architectures utilisent cette intégration.

Jeanfrançois: JMS, JGroups, Redis ainsi que Hazelcast permettent la mise en production « nuage » d’une application Atmosphere. Ces types d’architectures permettent la communication entre les serveurs utilisés par Atmosphere, et ce, d’une façon transparente. Il est donc possible de faire fonctionner Atmosphere dans un nuage (cluster) et d’utiliser, de manière transparente, une technologie « nuage » de son choix.

 

Merci Jeanfrançois! Rendez-vous donc au Lyon JUG le 19 juin prochain! Vous pouvez- également aller consulter le blog de Jeanfrancois.

Merci à Anne-Laure Rigaudon, l’autre Duchess lyonnaise, pour sa relecture toujours précieuse!

* fureteur = navigateur

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer