Tag :Genèse

Retours sur le lancement de l’antenne JDuchess Lyon

Le 21 septembre, lors de la dernière session du Lyon JUG à l’Epitech de Lyon, l’antenne JDuchess Lyon était lancée : retour sur cette soirée.

La présentation du réseau JDuchess a été faite en introduction de la soirée, elle n’a pas duré longtemps et c’était voulu : l’objectif était de faire court… et de donner envie aux gens de s’intéresser à l’initiative! (la présentation de cette soirée était sensiblement la même que celle présentée au JUG Summer Camp)
Presentation Git/Mercurial S’en est suivie la conférence sur les DVCS Git et Mercurial des deux speakers du JUG, Loïc Frering et Sébastien Deleuze, voir l’interview réalisée quelques jours avant leur session.
Après plusieurs questions de l’assemblée, tout le monde se retrouve autour du traditionnel verre, dans la caféteria de l’Epitech, pour continuer à échanger…
Et là, beaucoup de retours positifs, d’encouragements.. Hélas peu de filles à cette soirée… Mais on peut déjà compter à présent trois membres sur l’antenne de Lyon : Anne-Laure, Agathe et moi-même, Agnès…
Plusieurs idées d’actions envisagées pour cette antenne lyonnaise : plus d’implication dans le Lyon Jug, préparation d’articles techniques ou de JUG sessions, participation à des conférences…
D’ailleurs Agathe va bientôt nous représenter : elle sera présente à la conférence Softshake qui se tient à Genève le 18 octobre prochain, avec au programme : agilité, java et mobilité…

Voilà, fin du premier épisode… la suite très bientôt!

A bientôt

Premier | Précédent: 12 – Le portrait de Katia
Voilà c’est le moment de conclure.
Nous espérons que vous avez aimé cette série de posts. Ce n’est pas fini pour autant nous reviendrons bientôt à l’occasion d’autres conférences et d’autres événements.

C’est le moment de vous dire un grand MERCI !
Merci à vous qui suivez et faîtes suivre notre actualité sur Twitter, lisez nos articles, parlez de nous à vos collègues, nous encouragez régulièrement
Bref … merci à vous qui nous aidez à faire vivre et grandir ce groupe  😉
Premier | Précédent: 12 – Le portrait de Katia

Portrait : Katia Aresti

Premier | Précédent: 11 – La roadmap Conclusion


Qui es-tu ?

Je m’appelle Katia Aresti Gonzalez – j’ai deux noms de famille car je suis espagnole. Je suis développeur (-euse si vous souhaitez) senior Java/J2EE chez Xebia. J’ai 5 ans d’expérience professionnelle avec la plateforme Java. Je suis passionnée de développement de software.


Comment es-tu tombée dans le chaudron ?

Quand j’avais 17 ans, étant au lycée on devait choisir d’étudier une troisième langue – français – ou bien l’informatique. J’ai choisi l’informatique car honnêtement à cet époque je n’avais aucun intérêt pour la langue de Molière 😉 , et au contraire j’aimais beaucoup les ordinateurs. Pendant ces cours, j’ai appris un peu de programmation en Pascal. Cette expérience a été déterminante dans mon choix après le bac.

Quel est ton parcours ?

J’ai étudié l’informatique à l’école d’ingénieurs de Deusto  (Bilbao – Espagne, Septembre 2000 – Juin 2005).
Quand j’ai fini mes études, mon tuteur  m’a offert un stage à l’unité d’investigation et développement à l’université pendant 6 mois. Après mon stage on m’a proposé un poste fixe, mais j’ai décidé de partir à Madrid. Je voulais travailler dans une boîte internationale et préparer ainsi le chemin pour réaliser une mutation vers un autre pays.

Je suis tombée chez Sopra Group. Au bout de trois ans de travail nearshore – offshore au sein des équipes françaises et pour des clients français, réaliser une mutation à Paris me semblait le plus logique. Et voilà que j’y suis depuis Janvier 2009.


Une anecdote sur le monde du travail ?

Récemment, lorsque j’ai parlé des JDuchess au travail, un collègue m’a dit : “Je vais vous dénoncer pour discrimination sexuelle”. Je lui ai donc signalé qu’il devait plus s’informer car toutes les actions qu’on réalise au sein de JDuchess n’étaient pas réservées qu’aux femmes, mais au contraire, que c’était ouvert à tout le monde (l’avant JUG, le calendrier des conférences, le groupe de travail SCJP etc.). Là, il a commencé à rigoler comme un fou, il était mort de rire. Ensuite il me balance : “Ah bon ??! Aussi pour les garçons ?? Et est-ce qu’on peut y assister même si on n’est pas célibataire ?!”.

Comment as-tu connu Duchess ?

Mon collègue architecte Laurent Guérin est toujours au courant des dernières nouvelles, il suit beaucoup l’actualité. Il m’a mis sur la piste de comment se tenir au courant ici en France, notamment à Paris, en me faisant découvrir l’existence des JUGs et les blogs intéressants.
Un matin de début Mars, j’arrivais au boulot et soudain il m’a dit : “Tiens Katia, j’ai trouvé le groupe pour toi.” Il m’a passé un lien, et là j’ai lu l’annonce de la création de JDuchess France. Sans plus y réfléchir, je me suis directement inscrite sur le groupe google.

Pourquoi as-tu rejoint Duchess ?

En travaillant  avec Laurent et ensuite avec JDuchess j’ai finalement trouvé la motivation pour participer plus activement dans la communauté JUG parisienne. J’ai rencontré des filles extraordinaires avec le même profil professionnel que moi, mais aussi avec plus d’expérience que moi, qui continuent dans la technique. Cela est vraiment encourageant, et elles me font beaucoup progresser.

Quelles sont les actions qui te tiennent à cœur ?

La préparation des sujets des JUG et l’écriture des articles techniques (merci pour vos retours !), l’organisation du groupe de travail SCJP et motiver les gens non seulement en France mais aussi en Espagne à faire la même chose que nous !

Est ce qu’il y a un message que tu souhaites faire passer ?

Filles comme garçons, continuez à faire du travail technique ! Maintenez-vous au courant, participez aux conférences et investissez vous dans la communauté ! Tout le travail que vous ferez pour les autres reviendra aussi sur vous (et même plus).
Premier | Précédent: 11 – La roadmap Conclusion

La roadmap

Premier | Précédent: 10 – Le portrait d’Audrey Suivant: 12 – Le portrait de Katia

Ici et là, Août 2010

Voilà qui nous amène au mois d’août. Maintenant que vous connaissez tout de la création de Duchess France, c’est le moment de reprendre nos activités et de vous donner un avant goût de nos futures actions …


Le SCJP

Les Avant JUG vont continuer cette année.
A l’un des Avant  JUG justement, on a beaucoup parlé SCJP (euh oui on fait de la résistance  😉 ) et l’on s’est aperçu qu’une dizaine de personnes étaient très intéressées par cette certification. L’idée nous est donc venue de monter un groupe de travail, mixte bien entendu, pour celles et ceux qui avaient envie de la passer.
Le groupe fonctionne de deux manières : en réseau virtuel et en groupe de travail “réel”.

  • Le réseau virtuel c’est le google groupe scjp-duchess, ouvert à tous : il permets à chacun de consulter ce qui a été fait ou débattu, de proposer des exercices, de partager des retours d’expériences, etc …
  • Le groupe de travail quant à lui, constitué d’une douzaine de personne, se réunit tous les quinze jours depuis le 28 juillet pour travailler collectivement sur des chapitres préparés.

duchess-france-foundation-11


Tiens, rien en Octobre ? (pour le moment)

Le Google Group et Twitter nous ont permis de prendre contact avec des femmes de toute la France et jusqu’en Belgique. Le 10 septembre nous serons au JUG Summer Camp pour la première conférence de la rentrée, et un bon endroit pour rencontrer les Duchess qui mènent des actions dans leur région. Ce sera l’occasion de vous faire un retour sur la conférence, mais aussi des portraits d’Oriane, Isabelle, Tasha et Agnès et de vous parler de leurs actions.

Nous sommes déjà très fières de compter parmi nous ces 4 femmes et nous aimerions pouvoir vous citer d’autres exemples. Nous allons continuer à nous présenter dans les JUGs et autres manifestations, pour prendre des contacts, inciter d’autres femmes à rejoindre les communautés déjà en place dans leur région ou à en créer une et les aider à se retrouver.

Quelques JUG en route pour le mois de Septembre, le BreizhJug le 13, le Paris JUG le 14 Lyon JUG le 21 avec l’annonce de la création d’une antenne sur Lyon par Agnès. Et en ligne de mire Devoxx en novembre.

Devoxx sera l’occasion de découvrir plein de choses intéressantes, mais aussi de rencontrer Clara Ko et les JDuchess des autres pays. Une unconference aura lieu en BOF le 4ième jour pour échanger sur le “Women in IT”. Beaucoup de travail en perspective pour vous parler des conférences et des Duchess du monde, à commencer par Clara et Régina l’organisatrice du BOF.

Et Octobre ? On sera au Startup Weekend le 8-10 Octobre. C’est un peu imprécis pour le moment. On vous en reparlera.

duchess-france-foundation-12


La relève

Un autre objectif présent depuis le début est de motiver les plus jeunes à choisir ce métier. Une des causes de la rareté des femmes dans le secteur est déjà le peu d’étudiantes qui choisissent ce cursus. Nous aimerions agir au moment où les jeunes filles font leur choix pour leur présenter comme un choix possible un métier plein d’intérêt et de renouvellement.
Nous aimerions nous investir dans l’année à venir sur la venue d’étudiantes parmi nous et la prise de contact avec des lycéennes. Le groupe n’est pas réservé aux femmes qui sont déjà dans la vie active; il est là pour toutes les passionnées de programmation et les étudiantes sont les bienvenues parmi nous.
et pour ça nous avons besoin de vous ! Si vous êtes formateur ou enseignant et que vous souhaitez que nous rencontrions vos élèves, n’hésitez pas à nous contacter.

La série est se termine demain sur un dernier portrait.


Premier | Précédent: 10 – Le portrait d’Audrey Suivant: 12 – Le portrait de Katia

Les textes et les idées des dessins sont collectifs. Les dessins sont de Claude Falguière

Portrait : Audrey Neveu

Premier | Précédent: 9 – La croissance Suivant: 11 – La roadmap


Qui es-tu ?

Audrey, développeur java chez Sfeir et jug addict 🙂


Comment es-tu tombée dans le chaudron ?

J’ai un papa geek avant l’heure qui m’a très tôt offert mon premier pc sous windows 95 et la connexion 56K qui allait avec. Je suis rapidement devenue accro à mon ordinateur, et j’ai donc commencé à l’explorer de long en large pour tenter de comprendre comment fonctionnait cet engin qui me fascinait tant.

Quel est ton parcours ?

Mes études secondaires se résument à une prépa arts appliqués qui ne correspondait pas à ce que j’aurai vraiment voulu faire à l’époque. Sans autre idée de réorientation, j’ai commencé à travailler. J’ai fait quelques petits boulots puis j’ai eu la chance d’entrer dans des milieux ou mes connaissances en informatique m’ont permis d’évoluer. C’est ainsi que, comme utilisateur lambda j’ai eu la joie d’utiliser l’AS400 ou encore SAP ;)
Ma dernière mission d’intérim a pris fin en août 2008, juste avant la crise. Je me suis alors dit qu’il était temps de repartir à l’école et j’ai commencé par chercher un métier qui me plairait. L’informatique était le seul domaine qui m’attirait vraiment, il ne restait plus qu’à trouver le métier de mes rêves …


Comment as-tu connu Duchess ?

Par l’intermédiaire d’Antonio, rencontré lors de sa venue au NormandyJug en janvier. Il m’a parlé du groupe qui se formait et m’a conseillé de venir aux deux ans du ParisJug pour en rencontrer les fondatrices.
Pourquoi as tu rejoint Duchess ?

Tout d’abord parce qu’il s’agissait d’une opportunité inespérée de rencontrer d’autres femmes qui faisaient le même métier que moi mais qui, surtout, partageaient ma passion.

Ensuite, et peut être surtout, parce qu’il ne s’agissait pas de revendication féministe mais d’un engagement au sein d’une communauté que j’apprécie énormément, qui m’a accueillie à bras ouverts et que je souhaite faire vivre moi aussi, à ma façon.
Quelles sont les actions qui te tiennent à coeur ?

Il y a deux actions sur lesquelles je m’investis plus particulièrement : c’est l’essaimage et la venue d’étudiantes parmi nous.J’ai eu la chance d’avoir pour maître de stage Yann Petit, Jug Leader du NormandyJug; je ne me suis donc pas posée la question de savoir si d’une part, étant étudiante, j’avais le niveau pour assister à un jug et d’autre part si en tant que femme j’oserais me rendre dans une soirée où il n’y aurait que des hommes. Ça m’intéressait, on m’a proposé de venir, le reste s’est fait tout seul. <Les jugs m’ont beaucoup apportée et j’aimerai pouvoir à mon tour, rendre la pareille en incitant celles d’entre nous qui travaillent en province à participer aux événements locaux, et ce même si elles ne sont pas encore dans la vie active.


Est-ce qu’il y a un message que tu souhaites faire passer ?

Peut être simplement rappeler que nous sommes incroyablement chanceux : faire un métier qui nous passionne, c’est déjà une aubaine que tout le monde n’a pas, mais le faire au sein d’une communauté riche et solidaire comme la nôtre, c’est un luxe inouï à mes yeux. Alors un grand merci à celles et ceux qui la font vivre 🙂

Premier | Précédent: 9 – La croissance Suivant: 11 – La roadmap

La croissance

Premier | Précédent: 8 – Le portrait de Laure Suivant 10 – Le portrait d’Audrey

Paris, Juillet 2010

Le groupe augmente tranquillement sur tous les canaux (Twitter, le Google Group, JDuchess.org) : sur Paris Catherine, Blandine, Audrey, Katia sont présentes à presque tous les JUGs. Plus loin, Tasha et Oriane, les JUG leaders du BruJUG et du JUG Poitou-Charentes nous ont rejoint, ainsi qu’Isabelle sur Limoges et Agnès sur Lyon qui veulent mettre en place des actions localement.


duchess-france-foundation-10

On a finalement ouvert aux hommes aussi, parce qu’ils s’intéressaient au mouvement, ou étaient en contact avec des femmes et voulaient agir, ou voulaient participer à des actions que l’on a mis en place comme la préparation au SCJP. Ils représente 20% environ.


duchess-france-foundation-9

Et pour le gérer tout ça, on a demandé à Audrey Neveu et Katia Aresti de nous rejoindre. Katia a rapidement développé un projet de préparation du SCJP et organisé les réunions.

La rentrée arrive avec la suite des projets déjà en place et de nouveaux projets pour 2011.

Premier | Précédent: 8 – Le portrait de Laure Suivant 10 – Le portrait d’Audrey

Les textes et les idées des dessins sont collectifs. Les dessins sont de Claude Falguière

Portrait : Laure Nemée

Premier | Précédent: 7 – Le lancement Suivant: 9 – La croissance

Qui es tu ?

Je m’appelle Laure Némée, j’ai 33ans, et après plusieurs années de développement Java dans différentes startups, je suis actuellement responsable technique chez Leetchi.com.

Comment es tu tombée dans le chaudron ?

En arrivant en école d’ingénieur, j’ai sympathisé avec d’authentiques geeks, du genre qui avaient appris à coder au collège. Moi qui m’étais à peine approché d’un ordinateur avant, je n’entendais rien à certaines de leurs conversations. Du coup, curieuse, j’ai commencé à poser des questions pour comprendre. Après, j’ai bien essayé de faire du traitement du signal ou de l’électronique, mais non, trop tard, j’étais piquée et je me suis spécialisée en informatique.


Quel est ton parcours ?

Après une prépa, je suis entrée à Supélec et je m’y suis spécialisée en informatique. j’ai effectué mon stage de fin d’études en développement Java dans une startup dans le domaine de la télévision interactive, et j’y suis finalement resté 7 ans. Ensuite j’ai été deux ans responsable développement dans une autre startup prestataire de service dans le social media. Et depuis 6 mois, je suis responsable technique chez Leetchi.com. Après 9 ans de Java, je travaille actuellement en .Net.


Une anecdote sur le monde du travail ?

Le jour de mon arrivée dans mon précédent poste, l’administrateur système me fournit un ordinateur, sous Windows. je proteste, tout le reste de l’équipe de développement est sous Linux. L’admin me répond, incrédule : “Ah parce que tu vas faire du développement ?” Eh oui, je ne suis pas venue utiliser MS Project …
Comment as tu connu Duchess ?

C’est Mathilde qui m’a parlé de JDuchess lors d’une 3ème mi-temps d’un JUG, alors qu’elle s’interrogeait pour créer l’antenne française.

Pourquoi as tu rejoint Duchess ?

Ça m’intéressait de côtoyer d’autres développeuses, d’autant que comme je n’ai travaillé que dans des petites entreprises, je n’en ai pas croisé beaucoup.

Quelles sont les actions qui te tiennent à coeur ?

Ça m’intéresse de partager les expériences sur les spécificités qu’il y a à être une femme développeuse, et de voir comment les carrières des femmes peuvent évoluer dans ce domaine.
D’autre part, j’aimerais que les JDuchess puissent témoigner de leur expérience auprès de jeunes femmes qui cherchent une orientation scolaire ou professionnelle.
Est ce qu’il y a un message que tu souhaites faire passer ?

Les femmes ne sont pas plus mauvais développeurs que d’autres, sauf peut-être si c’est l’image qui leur est renvoyée !

Premier | Précédent: 7 – Le lancement Suivant: 9 – La croissance

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer