Tag :Programatoo

Retrouvez Aline Paponaud lors des ateliers Programatoo à Devoxx France et Théâtre d’Impro pour jouer à être Agile à Mix-IT

Pour continuer notre série, voici l’interview d’Aline Paponaud (@bootis). Vous la retrouverez à Devoxx et Mix-IT pour des présentations où vous devrez être actif (comme on les aime chez les Jduchess ;-) ). Aline coorganise l’atelier Programatoo à Devoxx avec Audrey Neveu et vous a préparé un match d’impro pour jouer à être Agile à Mix-IT.

Blandine : Qui es-tu ? Peux-tu définir ton travail actuel ?
Aline : J’ai 26 ans, je suis arrivée dans la région parisienne en septembre.
Mon travail actuel c’est développer en .net de nouvelles fonctionnalités sur du legacy code (une application qui existe depuis longtemps, qui était en TMA et pour laquelle un « grand projet » a commencé), et aussi d’animer et essayer d’améliorer les choses dans l’équipe pour l’amener vers de plus en plus d’agilité (mon côté scrummaster).

Blandine : Dans quel projet(s) /user group interviens-tu ?
Aline : Mes projets du moment c’est surtout programatoo (@programatoo, visible sur les blogs de Sfeir, Jduchess…) : c’est un projet longue durée chez Sfeir qui a commencé avant Devoxx et qui continuera après, l’objectif étant de savoir apprendre la programmation avec les enfants, et ensuite de diffuser au maximum ces pratiques.

Sinon tous les mercredis je suis chez /ut7 au Coding Dojo pour apprendre avec quelques compères. On fait un peu de tout, mais toujours dans les règles de l’art (TDD, plus forte valeur métier en 1er, et autres bonnes pratiques).

Ma prochaine action va être de parler un peu plus de .net et plus particulièrement de la solution d’intégration continue TFS sur mon blog techaline.wordpress.com qui est un peu mort en ce moment… et mettre un peu de source sur codeplex.

Blandine : Tu travailles actuellement sur un projet en .net, mais cela ne t’empêche pas de participer à Devoxx France ou Mix-IT. On croise peu de gens qui ont la double compétence Java/.Net. Penses-tu que ces deux mondes soient vraiment différents ?
Aline : En fait, je suis naïve et j’ai cru ce qu’on m’a dit quand je suis sortie de l’école en ayant fait plein de Java : « ce que vous savez faire, c’est pas Java ou C ou n’importe quel LANGAGE, c’est appliquer des CONCEPTS : vous savez développer en respectant de bonnes pratiques, vous savez faire des tests, vous savez concevoir des trucs ». Après 3 ans d’expérience, je me retrouve « coincée » par ma bonne connaissance des subtilités du langage et de quelques frameworks .net (ce qui pour moi ne fait pas de moi une bonne dev).

C’est simple : je veux apprendre plein de langages, tout comme à titre personnel je veux apprendre plein de langues étrangères.

Je refuse de croire qu’il y a un manque d’ouverture. Pour moi, c’est juste qu’il y a beaucoup de peurs, car on n’arrive pas à évaluer un bon développeur en dehors de sa maîtrise du langage qu’il sera payé pour utiliser.

Blandine : Pourquoi as-tu choisi ce métier ? As-tu les mêmes motivations qu’au début ?
Aline : Parce qu’il y a de la « magie » dans notre métier, quelque chose qui fait qu’on a le pouvoir de rendre facile et intuitives des choses très compliquées au départ.
Ce qui me plaît c’est de fabriquer des outils pour les gens et de savoir comment fonctionnent des systèmes complexes.
Ça n’a jamais vraiment changé.

programatooLogo

Blandine : Lors de Devoxx France, tu vas animer l’atelier Programatoo avec Audrey Neveu. Comment t’es venu l’idée d’organiser un atelier pour les enfants ?
Aline : J’ai rencontré lors de Agile Innovation Grenoble (la meilleure conférence Agile ;-) : www.agileinnovation.fr) que je coorganisais en 2011 des personnes de /ut7 qui s’intéressaient au sujet, et qui s’apprêtaient à faire leur premier Coding Goûter.

On en a pas mal discuté, on s’est rappelé de nous enfant et de notre première expérience avec la programmation, et j’ai vu qu’il y avait un écart avec ce que maintenant les enfants apprennent en premier sur un ordinateur : recherche google, emails ,facebook, utilisation du smartphone… là ils savent mieux que moi, mais pour le reste, il manque quelque chose.

Et une fois Agile Grenoble passé, et mon installation en région parisienne bien en place, je me suis dit que c’était le moment de lancer un projet. Et voilà… J’en ai parlé à Sfeir qui m’a donné son support. On s’inspire totalement du Coding Goûter, d’ailleurs on est en contact permanent avec eux. Mais nos objectifs, à terme, sont différents : on souhaiterait se tourner vers tous les enfants (pas forcément accompagnés de leurs parents) pour des ateliers dans la ville, dans les écoles… Mais on n’en est pas encore là !

Lors des ateliers Programatoo et des Coding Goûters chez nos amis de ut7, on se rend compte d’une chose, et c’est même le mot d’ordre : ce sont les enfants qui ont quelque chose à nous apprendre et à nous montrer. Ce qui m’a surprise : leur créativité, leur capacité à trouver des idées rapidement… Non pas que j’en aie douté, mais je me rends compte que mon enfance à moi s’éloigne !!!

Blandine : Lors de Mix-IT, tu organises un « atelier Théâtre d’Impro pour jouer à être Agile ». Peux-tu nous en dire plus ? Comment est-ce que ça va se passer ? On peut venir même si on n’a jamais fait d’impro ?
Aline : C’est du théâtre d’impro 100% débutant. On ne parle pas d’agilité, on s’amuse, on improvise en respectant les règles. L’idée est que chaque participant se rende compte de sa capacité à être réactif, à imaginer, et à s’adapter à toutes les situations. Que le groupe forme un ensemble cohérent, qu’on s’écoute, qu’on s’impose sans imposer à l’autre…
Le format : comme un typique entraînement d’impro, on commence par un échauffement, ensuite on fait quelques exercices et on finit avec des improvisations sur un thème donné.
A la fin, on fait une petite rétrospective, et les participants se rendront facilement compte du parallèle avec n’importe quel projet !

Blandine : Les méthodes agiles semblent importantes pour toi. Pourquoi ? Comment es-tu tombée dans la marmite des méthodes Agiles ? Pourrais-tu aujourd’hui travailler dans une équipe qui ne les applique pas ?
Aline : Déjà, je n’ai pas appris le Cycle en V à l’école, mais les méthodes Agiles. Donc forcément je n’ai pas pu m’imaginer un projet différemment. Ensuite, arrivée sur un projet directement en sortant de l’école, j’avais besoin d’aide et j’en ai trouvé au Club Agile Rhône Alpes… J’ai rencontré plein de gens épanouis et je leur ai fait un chèque pour les rejoindre, et j’ai organisé une grande cérémonie avec… non sans rire, c’était vraiment super et j’ai appris plein de trucs. Se retrouver avec des gens de différentes entreprises permet vraiment de prendre du recul sur la situation.
Aujourd’hui bien sûr je pourrais travailler dans une équipe qui ne les applique pas, d’ailleurs il y a beaucoup d’équipes qui disent qu’elles l’appliquent et qui ne l’appliquent pas… C’est une situation plutôt normale pour moi, et ce qui est intéressant dans ces équipes c’est justement d’essayer d’améliorer le process. Ce que je ne pourrais pas faire, ce serait travailler dans une équipe qui refuse tout changement.

 

Merci Aline ! Rendez-vous : 

BOF Duchess France et atelier Programatoo par Audrey Neveu à Devoxx France

Voici l’interview d’Audrey Neveu (@Audrey_Neveu). Vous pourrez la retrouver à Devoxx France pour le BOF Duchess France ou le mercredi avec vos enfants à l’atelier Programatoo.

Blandine : Qui es-tu ? Peux-tu définir ton travail actuel ?
Audrey : Je suis développeuse Java chez Sfeir et Jug Leader JDuchess, ce qui fait presque deux travails. ;)

Blandine : Comment es-tu tombée dans le monde JAVA ? Te souviens-tu de ton premier programme en JAVA ?
Audrey : C’était le premier langage étudié dans ma formation et donc, mon premier programme fût un “Hello world !” dans une console, original n’est-ce pas ? Mais voilà, le coup de foudre était là, je me suis tout de suite sentie à l’aise avec le langage, j’ai donc rapidement participé à mon premier Jug (à l’excellentissime NormandyJug pour ne pas le citer) et depuis je n’ai pas réussi à décrocher :)

Blandine : Comment te situes-tu dans l’écosystème JAVA ? Dans quel projet(s) /user group interviens-tu ?
Audrey : Ce qui m’a énormément plu dans JAVA, c’est le dynamisme de sa communauté. Je trouvais ça fantastique d’avoir des soirées comme les JUGs où l’on pouvait se rencontrer, apprendre et échanger. C’est là l’un des aspects les plus enrichissants de notre métier et j’ai très vite eu envie d’y prendre part aussi, de rendre un peu de ce que l’on m’avait donné dans les JUGs. C’est pourquoi j’ai rejoint Duchess France, pour participer à la vie de la communauté, et en particulier à son expansion féminine.

Blandine : Pourquoi as-tu choisi ce métier ? As-tu les mêmes motivations qu’au début ?
Parce que ça avait l’air fun ! J’aimais l’idée d’apprendre en permanence, de pouvoir créer un programme de toutes pièces et aussi de découvrir des métiers différents au travers de ceux de mes clients. Ce métier ressemblait à un jeu de logo grandeur nature et aujourd’hui encore c’est l’effet que ça me fait à la fin de certaines journées de travail où j’ai du mal à réaliser que l’on me paye alors que je me suis amusée toute la journée :)

Blandine : Tu vas co-présenter le BOF Duchess France à Devoxx France avec Agnès Crepet. A qui s’adresse-t-il ? Pourquoi faut-il venir vous voir ? De quoi aller vous parler ?
Audrey : Le bof est ouvert à tous : homme ou femme, développeur ou pas. Il se déroulera en deux parties, j’anime la partie “française” et Agnès s’occupe de la partie “mondiale”. Pour cette dernière, je renvoie les lecteurs à l’interview d’Agnès, elle expliquera tout ça mieux que moi :) Pour la partie française ce sera une excellente occasion pour ceux qui ne nous connaissent pas de rencontrer l’équipe, d’en savoir plus sur nos activités (la Marmite, le blog, etc…) et nos objectifs, une occasion donc de comprendre pourquoi nous avons souhaité avoir notre JUG, un jug de fille, mais qui n’exclut pas les hommes pour autant ;) Pour ceux qui nous connaissent, c’est aussi le moment de nous dire ce qu’ils ont aimé, ce qui ne leur a pas plu, ce qu’ils ont envie de voir, de faire, etc… Bref, ce n’est pas seulement un endroit pour parler de nous, c’est surtout un endroit pour échanger avec vous !

Blandine : On croise peu de femmes dans les conférences en France. Cela t’étonne-t-il ?
Audrey : Pas vraiment, je trouve même ça logique. Le nombre de développeurs qui se déplace en conférence n’est déjà pas élevé comparé à la masse de développeurs en France, donc il n’est pas vraiment étonnant d’y croiser assez peu de femmes vu qu’elles sont moins nombreuses dans le métier. En revanche, l’un des premiers objectifs de Duchess France était d’inciter les femmes à participer aux conférences, et sur ce point, nous avons partiellement réussi puisqu’au ParisJug il y a régulièrement une dizaine de participantes. Au niveau national en revanche, ça reste assez faible, nous avons encore du travail ;)

Blandine : Tu vas aussi animer Programatoo avec Aline Paponaud. C’est un atelier de programmation pour les jeunes de 6 à 14 ans. Comment ça se passe ? Quel est le but de l’atelier ? Pourquoi est-ce que ça vous tient à coeur ?
Audrey : Comme Aline le résume bien Programatoo c’est un atelier pour jouer à programmer : on vient découvrir le métier de ses parents, mais aussi et surtout on viens s’amuser ! Le but est de créer des petits programmes, souvent des animations, réalisés à l’aide d’outils ou de langages adaptés aux enfants. Les enfants se mettent seul avec leur parent ou à plusieurs sur leurs projets et on fait des pauses pour partager nos créations tous ensembles au rétroprojecteur.
Nous nous sommes aperçues Aline et moi que les enfants n’avaient plus du tout le même comportement que nous par rapport à l’ordinateur : ils y sont habitués, savent s’en servir comme ils se servent de la télévision, mais ils ne cherchent plus vraiment à comprendre comment ça marche. L’idée de Programatoo c’est de leur redonner le contrôle sur la machine, mais également de leur montrer que l’on peut être créatif avec un ordinateur.

Blandine : Est-ce qu’il reste des places pour Programatoo ? Faut-il venir en famille ? Comment faire pour s’inscrire ?
Audrey : Il reste des places et pour s’inscrire une seule adresse : programatoo@sfeir.com. Il suffit d’indiquer le nom du ou des développeur(s) en herbe, et le nom du parent accompagnateur.

Blandine : Avec Aline, vous avez déjà animé un atelier Programatoo. As-tu une anecdote ? Qu’est-ce qui t’a marqué ?
Audrey : Une anecdote qui m’a beaucoup fait rire et qui résume bien l’ambiance de Programatoo : je m’attachais les cheveux lorsque Lina, 9 ans, me regarde très sérieusement avant de me dire “les cheveux attachés ça fais sérieux alors qu’en fait, tu l’es pas trop”… Kid’s are magic ;o)

Merci Audrey ! Rendez-vous à Devoxx France  :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer