Tag :women

Au revoir Slack public, Bonjour non-mixité

C’est avec grand regret que nous avons décidé de fermer le Slack public Duchess France. Le constat est sans appel: les modératrices passaient plus de temps à s’occuper des hommes que des femmes sur une communauté dédiée aux femmes. Un comble 🙃 !

Femme guerrière sur un fond de ville en flammes – Crédit: Pixabay

Beaucoup d’hommes malheureusement n’ont pas su laisser la place aux femmes, se faire discrets, écouter. Nous ne savons pas l’expliquer, ces derniers temps une vague d’hommes très très peu éduqués aux biais actuels de la société ont débarqué la fleur au fusil. Allant de multiples maladresses aux manques de respect; les comportements cumulés de ces hommes ont totalement coupé le dynamisme et la libération de la parole féminine de cet espace: ça fait mal de l’écrire, mais ce n’est plus une safe place pour les femmes. Et même pour ceux qui se sont fait discrets, le nombre d’hommes a semblé avoir un impact que nous n’avions pas anticipé: le sentiment d’être étudiées tels des objets d’études en laboratoire. Nous avons vu peu à peu les discussions diminuer, les sujets se tarir, les femmes se censurer ou parler uniquement dans des canaux privés non mixtes.

Messieurs qui nous lisez et qui êtes pour l’évolution de l’industrie informatique et de la société en général vers l’égalité femmes hommes, nous avons un très grand service à vous demander: éduquez les autres hommes. Vraiment, vous nous rendrez un immense service si vous acceptez que les femmes ont un train d’avance sur ce sujet, et que la plus grande action que vous puissiez avoir aujourd’hui c’est sur les autres hommes. La connaissance et les résultats d’études sont disponibles, sur Internet, via des formations, via des sessions d’informations, des podcast, des vidéos, des blogs, des livres. Continuer à vous informer et vous former, vous êtes dans la bonne direction.

On dit qu’il faut beaucoup rater pour réussir, prenons collectivement cette fermeture comme une expérience et allons de l’avant.

Jeune pousse d’oignon dans une coquille d’œuf – Crédit: Pixabay

Et maintenant ?

Les dernières semaines ont été tellement épuisantes et désagréables pour la Core Team que même les membres les plus ouvertes à la mixité de genre sont maintenant totalement convaincues de la nécessité de non-mixité.

Nous avons par conséquent créé un nouveau Slack privé, sur invitation ou cooptation réservé aux femmes de l’IT telles que développeuses, administratrices de base de données, administratrices système, cheffe de projet… et aussi toutes celles en reconversion. Les personnes intéressées peuvent contacter les membres de la Core Team en message privé sur le Slack public. Et ensuite ça sera comme avant que le Slack ne soit public: par bouche à oreilles, invitation et cooptation des membres existantes.

Le Slack public sera fermé d’ici quelque temps. Nous ne fermons pas la porte aux appels à conférencières ou offres d’emploi qui étaient une partie importante du Slack public. Par contre, il ne sera plus nécessaire de venir sur Slack, les propositions d’emploi ou les partages de Call For Paper se feront via des formulaires, qui seront ensuite relayés sur Slack.

L’association va continuer à organiser des évènements à audience mixte, mettant en avant des femmes conférencières comme nous avions l’habitude de le faire. Vous pouvez continuer à nous suivre sur Twitter par exemple.

Voilà, vous savez tout. On va repartir sur les bases de l’association: faire des meetup, avoir des femmes speaker, avoir des femmes CTO, se soutenir, s’encourager et s’entraider. Parce que “Oui nous sommes développeuses et c’est une histoire vraie !”

Update: comme ce post a mis un peu de temps à sortir, nous avons pu voir les effets du Slack privé, et quelle renaissance ! Les discussions sont nombreuses, intéressantes et pleines de vie ! C’était visiblement la bonne décision.

Portrait de Sofía Celi, Ingénieure en cryptographie chez CloudFare

Sofía Celi

Pour le meetup du mois de mars de Women Who Go Paris, nous avons invité Sofia Celi, Ingénieure en Cryptographie. Alors que Sofía a un parcours particulier avec un background en philosophie et literature, elle est aussi passionnée par l’informatique. Elle mène l’écriture de la 4eme version du protocole de messages « Off-the-Record ». Elle a accepté de répondre à nos questions (en Anglais)

What do you do in your job?

In my daily job, I implement cryptographic algorithms and protocols. I currently lead the design of the 4th version of the Off-the-Record messaging protocol. This means that I write code (usually with a low-level language), but I also write technical documents and papers. Sometimes, I also have to deal with maths. 🙂 I love this job because it allows me time to read, write, learn and at the same time to write code and investigate applications. I always try to focus on helping people through cryptography, specially, people from the Global South.

What is your background?

Since very little, as one does, I studied classical music, and I focused on classical guitar and post-modern composition. I also studied literature and focused on post-modern literature theory and on philosophy. I love writing and reading (specially LatinAmerican Literature). As you can imagine, I adore philosophical debates.

How did you arrived to computer science?

On the last year of my university, I got crazy for philosophy of Mathematics (I also got crazy for other kinds of philosophy, but that is another story). In my university, you can audit university courses from other faculties/universities, so I started doing so, with some Mathematics courses. I started thinking on a way that Maths could be applied to the real world. So, I rediscovered programming (as I learned to program on high school) and cryptography.

I was putted on charge of the University’s online newspaper as a webmaster and I started programming. Eventually, I won a scholarship from a program called « Rails Girls Summer of Code ». This scholarship allowed me to learn how to program in Ruby. Coincidentally, the first project I was assigned to work for, was a security project.

After this super nice experience, I applied for an amazing company called ThoughtWorks. They helped me so much as a junior developer. Now, I’m joining Cloudflare, which is also an amazing opportunity!

The challenges in your profession?

It is difficult to be a Latin-American working in cryptography as there is little representation from us out there. On every conference I go, I find some Latin Americans. We talk around how the problems that cryptography tries to solve now a days, are almost only focused on the Global North. We talk about how different the scenarios are on the Global South and how issues can be much intense , etc.

And as a Latin-American woman.

What I feel most of the time, is that there are ideas and ways for including white women into this profession. Those ideas have little regards of the challenges that non-white women face. It is difficult to speak as a Latin-American woman about this because sensibilities are sometimes high. I see that it is something that still needs to be pushed into the agenda. That people from the Global South need representation, specially, women. 

A typical day?

On a typical day, I start working as I immediately wake up, as I really love my job. I take some hours to read, and then I jump into coding or writing something, or meetings. I also take lots of online course (around like everything: from the philosophy of Nietzsche to game development). I’m also currently enrolled on my first Computer Science degree. During the day, I like to talk with my loved ones and probably, play some indie video games at the end of the day. I love always having the balance to have people I love near me. And prior to sleep, I read a nice book (currently reading The Silent Cry by Ōe). I sleep pretty late and I hardly go outside ;). I love staying inside with my loved ones: cooking or doing something.

What are your professional aspirations?

I hope I can grow more into doing cryptography and on learning mathematics. I aspire to keep growing in the company I’m currently in, but also, on growing contacts and making a nice community. Web design is something that I love andI hope I can learn more around. And I would like to learn about how to efficiently lead teams. 

Some advice to other women starting their careers?

I will say that they should always think on not giving up. And that they should also challenge the preconceptions that we are « mandated » as women: that women should be the emotional support of teams, that women should accept and be the ones creating team bonding, that women should be judged by a higher moral compass than others.

In general, we all should remember to always fight for our rights: equal pay between everyone on a team, equal working hours for everyone on a team, equal work support for everyone on a team. But that we should also note our privileges. I’m a Latin-American woman from the middle class. This means that in my country, I have more privileges than indigenous women. I should always remember that I should give them a voice. We should not expect them to be judged by a higher moral compass or be the ones policing situations. It is unfair for an underrepresented group, to be faced with the discrimination of every day life and also to be expected to act on a higher ground on every aspect of their life. 

Keep working and keep rocking.

We are and should be always treated with the same respect and recognition. Do not think on what they will say: fight for your rights and do it in a direct way, so everyone can see. It is easy in the early stages of your career for people to be pushing you around. It happened a lot to me: people expected me to police the behavior of teams, to act perfectly, to lead them on their professional life and also on their emotional one, while earning less (and by far less) than everyone else. If you are doing all of that, ask for a raise, and learn that you don’t have to fulfill everyone’s expectations.

You will fail and no one has the right to judge you because of that. When you fail, stand up again and keep going. Find a good coach that will listen and help you, but, most importantly, find one that will notice your flaws and help you outgrew them. The only way to keep growing is by having someone telling you what you can change and what is the path for this change.

Rencontre avec Lorie Pisicchio développeuse, scrum master et speakeuse

Nous vous proposons aujourd’hui le portrait de Lorie Pisicchio que j’avais rencontrée lors de RivieraDev 2015 où elle faisait ses premiers pas en tant que speakeuse.

Lire la suite

Que faire si on ne veut pas devenir une princesse ?

Cette année encore dans les catalogues de jouets, vous retrouverez les pages roses pour les petites filles et les pages bleues pour les garçons. Si tu es une fille, on te proposera de devenir princesse, de t’entraîner à être belle, à materner et à t’occuper de la maison… Si tu es un garçon, on te proposera de t’identifer à tes héros, de piloter des bolides, d’avoir des jeux de constructions et pistolets … Malheureusement, il y a peu de place de princesse dans la vraie vie et les professions incarnant les « vertus dites féminines » (administration, santé, social, services à la personne) sont souvent moins bien rémunérées que les autres. Lire la suite

Duchess France fête ses 5 ans le 19 Mai !!!

annivEt oui…

Duchess France a 5 ans déjà !

Nous vous remercions pour nous avoir suivis et soutenues dans cette aventure et pour fêter cela, nous vous invitons à notre anniversaire le 19 mai à Paris à partir de 19h00 à Numa !
Et comme nous avons fait les choses en grand, cette soirée sera retransmise en live via Youtube et donc accessible à tous !

 

Fière d’être développeuse

19h00-19h30: Accueil des participants

19h30 – 19h50: Retour sur 5 années Duchess

19h50 -20h00: Vidéo surprise

20h00 -20h25: J’ai testé pour vous : être une fille et développeur par Emilie Graziana

20h30 – 20h50: Boost your professional karma par Katia Aresti

20h50 – 22h00: Apéro & Networking

 

Présentation des intervenantes

duchess

Emilie Graziana, 29 ans, est développeuse java chez Kyriba depuis 2015. Elle travaillait auparavant pour Lotsys, la filiale technologique de la Française des Jeux. Elle vit à Paris mais elle est originaire de la région Centre. Très passionnée par le dessin, c’est en entrant à l’IUT informatique de Montreuil option imagerie numérique qu’elle découvre l’algorithmie et choisit la programmation comme métier.

 

 

katia_arestiKatia Aresti, originaire de Bilbao, a suivi une formation d’Ingénieur en Informatique à l’université de Deusto. Elle est développeuse spécialisée sur des backend Java/scala depuis 10 ans et freelance depuis 3 ans. Très impliquée dans la communauté informatique, elle est membre du bureau Duchess France. Elle a également été contributrice sur des projets source Apache et co-organise le MongoDB User Group. Enfin elle intervient à des conférences et évènements techniques autour de Java, Scala, Agilité ou encore MongoDB. Et sur son temps libre (ce qu’il en reste), elle se passionne pour l’art dramatique et le théâtre en particulier.

 

Pour vous inscrire, rendez vous ici !

Pour suivre l’évènement en direct, suivez-nous sur Twitter où se diffusera l’url !

Cette soirée sera suivie d’un buffet jusqu’à 22h00.

 

Enfin un très gros merci à nos deux sponsors RSLN et Google. Merci à NUMA pour l’accueil

 

RSLN
google
NUMA-Paris

Conçu par Freepik

Rencontre avec Amira Lakhal

amira_lakhalNous continuons notre série d’interview avec le portrait d’Amira LAKHAL, développeur Java chez Valtech et membre très active de la team Duchess France.

Agnès: Peux-tu te présenter, ton métier, ton parcours? As-tu des activités geeks extra-pro?

Amira: Je m’appelle Amira LAKHAL. Je suis développeuse Java à Valtech Paris. Je suis passionnée d’Agilité et de langages fonctionnels. J’ai suivi un cursus assez classique: après un baccalauréat scientifique, j’ai intégré un IUT et ensuite une école d’ingénieur. Je suis aussi membre de l’association Duchess France depuis quasiment le début et je fais partie du bureau il y a bientôt deux ans.
Mise à part le développement informatique, je pratique un peu de sport et plus précisément le running. D’ailleurs, je fais partie de l’équipe Duchess qui va courir les 10Km organisé par Nike, le 9 Juin prochain.

Agnès: Qu’est-ce qui t’a donné le goût de ce métier ?

Amira: Mon histoire avec l’informatique a débuté très tôt. Etrangement, comme la plupart des développeurs, j’étais accro au légo. Après avoir collectionné diverses séries de Lego, j’ai eu droit à mon premier PC à douze ans. Mes premières instructions étaient des commandes DOS pour lancer mon premier jeu sur disquette. C’est ainsi que ma passion pour l’informatique est née.

Agnès:  Quelles sont les dernières présentations que tu as données? Les prochaines?

Amira: J’ai co-animé avec Duy Hai Doan des présentations et hand’s on autour de Cassandra. Le but de ces présentations est faire découvrir aux débutants les différentes caractéristiques de cette solution NoSQL et de donner un exemple d’usage à travers l’atelier pratique.

Je vais aussi co-animer, avec Ludwine Probst, une session autour de Spark et Cassandra. La présentation aura lieu au Geneva JUG fin Avril.

Agnès: Qu’est-ce que t’apportent ces présentations ? Quels sont tes trucs pour te préparer?

Amira: Faire une présentation est un exercice qui nécessite beaucoup de préparation. Il y a d’un côté la préparation du sujet : des recherches, des tests, des analyses etc… et puis aussi l’entrainement sur la présentation orale : la création du support, de l’enchainement et le respect de la durée.

Ce n’est donc pas facile mais si on est motivé, on peut apprendre et gagner en expérience sur les présentations.

De mon côté, quand je prépare une présentation, je la répéte plusieurs fois avant de la faire devant le public. Mes répéti

Interview de Clémence Saussez, sysadmin qui déchire

Dans notre recherche de femmes modèles et de portraits, nous sommes allées chercher dans l’inframonde. Et oui, contre tout pronostique les femmes sysadmin existent aussi ! Et elles sont passionnées par ce qu’elles font. Nous avons l’énorme plaisir de vous faire partager l’interview de Clémence Saussez.

Katia :  Peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours?

Clémence : J’ai 30 ans et je suis sysadmin pour une entreprise d’annonces classées sur internet, après avoir travaillé longtemps chez un hébergeur.

J’ai eu accès tôt à un ordinateur et j’ai commencé à vraiment m’intéresser à l’informatique adolescente, particulièrement à la sécurité. Je me suis cultivée sur le fonctionnement des OS, des réseaux, et j’étais fascinée par l’intelligence et l’ingéniosité dont faisaient preuve certains pour exploiter des failles techniques ou humaines, tordre l’usage de certains softs et s’infiltrer là ou ils ne devraient pas. J’avais 10 ans de retard sur la plupart des ezines que je lisais mais c’était une chouette période : la communauté française était active, j’ai rencontré beaucoup de gens talentueux et énormément appris.
J’ai rejoint Epitech après mon bac, attirée par le programme très technique. J’y ai appris les bases du code et j’ai vite su que je ne serai pas développeur, pas passionnée par l’exercice. Il était clair que j’aurais du mal à faire une carrière intéressante dans la sécurité sans cette corde à mon arc, alors je suis passée de l’autre coté du miroir, celui où on construit et maintient des plateformes solides.

Clémence Saussez

 

J’aime le côté lego de mon métier, assembler des briques pour arriver à un tout fonctionnel et résistant, de façon logique et organisée.

Katia :  Tu fais partie du côté obscur des Ops ! 🙂 C’est quoi qui te plait le plus dans ce métier ?

Clémence : Le côté Lego : assembler des briques pour arriver à un tout fonctionnel et résistant, de façon logique et organisée.

La variété et le dynamisme : je suis actuellement dans une petite équipe, et nous faisons tout, le rackage/cablage, l’archi, le système, le réseau, la sécurité, une partie de la DBA etc.. – certes chacun selon ses points forts, mais c’est enrichissant de pouvoir toucher à tout. Comme on est transverse, on s’intéresse à ce que font les développeurs, et il y’a toujours de nouvelles avancées techniques donc toujours quelque chose à tester ou améliorer.

 

Katia :  La population féminine au sein des équipes techniques est encore assez petite parmi les développeurs. J’ai l’impression que cet effet est encore plus prononcé chez les Ops. Est-ce que tu as des idées qui puissent expliquer ce phénomène ?

Clémence : J’ai l’impression qu’il y’a globalement plus de gens qui s’orientent vers le développement après avoir fait des études d’informatique. La population de femmes étant déjà réduite dans ces filières, peut être que c’est juste proportionnel. Mais je n’ai pas vraiment de statistiques pour appuyer ça, c’est mon ressenti.

 

Katia : Quels sont tes outils au quotidien ? As tu des projets personnels qui te tiennent à coeur ?

Clémence : De base je peux m’en sortir avec le monitoring, google, les manpages, strace et tcpdump.

Je me suis mise tardivement aux outils de gestion de configuration comme Puppet ou Chef : ça permet de gagner un temps phénoménal et d’être sûr de la cohérence des plateformes. Ça permet également de planter 50 machines d’un coup au lieu d’une seule, mais bien entendu ça ne m’arrive jamais …

J’ai l’occasion de jouer avec la stack ELK (Elasticsearch / Logstash / Kibana) depuis quelques mois et j’en suis très contente : Ici on s’en sert pour indexer et visualiser les logs d’accès web et ceux de certaines applications, ce qui est pratique pour repérer rapidement les pics d’erreurs ou les anomalies dans le traffic.

Concernant les projets personnels, à l’occasion je bidouille deux trois trucs pour moi et je lis pas mal, mais je n’ai pas de réel projet personnel lié à l’informatique. J’ai la chance de pouvoir vivre de cette passion et je préfère consacrer le reste de mon temps à autre chose, peut être aussi par peur de m’en lasser un jour.

 

Katia :  Une anecdote marrante ?

Clémence : Quand je travaillais dans l’hébergement, un nouveau client pressé à qui l’on avait donné mon numéro pour parler de sa future plateforme et de ses besoins m’a gentiment demandé de lui passer “la personne technique, parce que vous n’allez rien comprendre” avant même que je puisse en placer une. La partie marrante de l’histoire : l’entendre se confondre en excuses les 2 minutes suivantes.

 

Katia :  As-tu des conseils à donner aux personnes qui veulent se lancer / s’améliorer en Ops ?

Clémence : Ils ne seront pas représentatifs de tout ce qu’on peut faire en tant qu’ops car je suis très orientée web/opensource et qu’il y’a un monde en dehors de celui là, dans l’industrie et la finance notamment. Mais si le web vous intéresse et que vous n’avez pas de notions, je vous conseillerais de commencer par installer un Unix-like sur votre poste pour vous familiariser avec le fonctionnement du système et la ligne de commande, et de vous trouver un projet comme l’hébergement d’un site ou la gestion de  votre propre serveur de mails : ça ne coûte quasiment plus rien de louer un serveur dédié chez OVH ou Free, ça vous fera toucher à beaucoup de technos et comprendre différents protocoles.

Il y’a pléthore de documentation et de forums d’entraide sur le net et l’apprentissage est rapide. Coté pro, une expérience chez un hébergeur ou un pure-player est je pense idéale pour faire et apprendre beaucoup de choses différentes.

 

Merci beaucoup Clémence !!

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer